lundi 30 avril 2012

20 ème jour : du nouveau à Nantes!

Au point presse d’aujourd’hui lundi, du nouveau :
-tout d’abord l’entrée parmi les grévistes de Sandrine,33 ans, paysanne en moutons viande vente directe dans le Morbihan, qui rejoint les 4 autres grévistes (parmi lesquels Michel à son vingtième jour !).

assis : sandrine, Michel et Marie
debout : Gilles et Séverine
-une réponse assez vague de F. Hollande sur le projet NDL dans une interview de Ouest France, à laquelle le comité de soutien a aussitôt répondu  en lui demandant des précisions et au moins l’engagement d’arrêter les expulsions et expropriations tant que les recours juridiques n’ont pas été jugés. Le comité de soutien a également parlé du collectif des pilotes et de l’étude de CE-Delft en réponse aux arguments justifiant le nouvel aéroport (sécurité, développement).
-une semaine axée sur le développement des recours juridiques. Aujourd’hui, le point portait sur le cahier des charges du concessionnaire et le financement  par les collectivités territoriales qui ne respecte pas la législation européenne.
-du nouveau toujours avec une grande mobilisation paysanne organisée le jeudi 3 mai pour soutenir les grévistes, interpeller les citoyens et faire pression sur les politiques au sujet des revendications du comité de soutien, parfaitement légitimes dans un état de droit.
Alors amis paysans, à vos tracteurs et tous à Nantes ! Amis citoyens, à jeudi !

19 ème jour...

Aujourd’hui, dimanche 27 avril , 19 ème jour de grève de la faim.
Pas de visite particulière, un temps de chien humide et froid.
Matin et début d’après midi assez calme, les grévistes peuvent se reposer.
Ils sont en bonne forme et Michel est toujours très sollicité.

Michel et Gilles
Puis en milieu d’après midi, la foule arrive.
Discussions par exemple, suite aux visites des fermes ouvertes organisées par les CIVAM .
Des responsables socialistes écoutent nos arguments, d’autres ont des arguments imparables : « si nos élus l’ont décidé, c’est qu’ils ont de bonnes raisons ».  
« Il y a de bonnes raisons de faire cet aéroport que vous découvrirez plus tard et que je ne peux pas vous dire
- Pourquoi ? On ne peut pas comprendre ? On est bêtes ? 
- Non, mais je ne peux pas vous dire ». 
 
Les élus sont-ils élus pour décider à notre place, sans justification ? Ainsi vont les débats.

La semaine doit aussi se préparer :
Mardi 1 er Mai, il faudra tracter auprès des manifestants, sans participer au défilé ; la plupart des syndicats ouvriers restent à conquérir à notre cause. Heureusement un tract sur l’emploi agricole a été fait par les copains de SUD.
Mercredi 2 Mai, meeting de Fillon à la Beaujoire, il faudra quelques tracteurs et des manifestants , rendez vous à 16h00 sur place.

D’autres activités restent à confirmer...

dimanche 29 avril 2012

L'aéroport de NDL : un acte colonial?


De retour de Palestine pour une mission humanitaire, je me retrouve au milieu de la manifestation  de Nantes, le samedi 24 mars contre l’implantation d’un aéroport à Notre Dame des Landes.
Durant cette journée de colère populaire, je ne peux m’empêcher de faire le rapprochement entre la lutte des Bédouins de la Vallée du Jourdain qui se font chasser de leur territoire et les paysans de chez nous qui se font expulser de leur ferme.

Nous nous indignons et nous crions contre la même Injustice: en Palestine, avec cette spoliation perpétrée par une armée d’occupation israélienne qui implante des colons fanatiques venant du monde entier sur des terres et avec l’eau volées aux Bédouins   dans la Vallée du Jourdain, et chez nous  avec  la construction d’un aéroport sur 2 000 ha, sur des terres agricoles en pleine exploitation.
Ces mêmes forces impressionnantes de police bottées, casquées  et armées,  à Nantes comme à Bil’in et Nil’in pour défendre  le Bon Droit et la Loi Républicaine (avec la différence notable qu’en Palestine, l’armée d’occupation a le droit de vie et de mort en totale impunité)

Ce même harcèlement contre les occupants de ces territoires avec barrages routiers, contrôles d’identité et de domicile, intimidations et menaces à peine voilées.

Que d’actes d’expropriation violents et inhumains, que d’injustice et de spoliation, en Palestine et en ce pays Breton  au  nom de la défense de la démocratie libérale, de notre système croissance, du progrès et du développement  industriel  face à ceux que l’on nous présente comme représentants de l’archaïsme, de l’ignorance et de l’obscurantisme.

Un seul et même  message en Palestine et en Bretagne : Comme au  Larzac
Résistons, Résistons, Résistons !!!!!

De Dominique, Guérande

samedi 28 avril 2012

18 ème jour...


Marie et son neveu talentueux


Ambiance chaleureuse sous le barnum cet après midi où un jeune accordéoniste, neveu de Marie, assure les pauses musicales entre les différents intervenants :
-         Marie Bové dénonce le projet et les expulsions à venir alors que tous les recours n’ont pas été jugés : « Expulser des paysans, c’est cautionner un plan de déménagement et non un plan d’aménagement du territoire ! »

Marie Bové
-         Jacques Chiron, pour le réseau COPAIN (regroupant Terroirs44, GAB, CIVAM et Confédération paysanne), précise que BIOLAIT, organisme de collecte de lait bio de 900 producteurs, soutient les grévistes. Le réseau a écrit une lettre ouverte à l’évêque de Nantes en lui demandant son soutien dans la mesure où les évêques de France appellent les chrétiens à manifester leur engagement écologique. Le réseau COPAIN s’organise également au niveau de la région.
-         La députée européenne d’EELV , Nicole Kiil Nielsen, rappelle qu’elle intervient à chaque occasion sur NDL. Elle l’a fait de brillante manière au meeting PS de Rennes. Elle dénonce la participation financière de la Bretagne (29 millions d’euros) à ce projet qui risque de déséquilibrer de manière importante le territoire entre l’est et l’ouest. EELV est uni au PS pour battre Sarkozy mais l’unité n’empêche pas la diversité. Idem pour une autre élue de Bretagne...
-         La Confédération Paysanne 35, par la voix de son porte parole, René Pouessel, soutient la lutte contre l’aéroport NDL (elle a fait un communiqué à Ouest France) et  relate les 2 actions effectuées lors de meeting PS.

Beaucoup de monde à passer, à soutenir l’action en cours malgré la pluie..., à échanger avec nos grévistes…

Michel au 18ème jour de grève de la faim

Petit mot affiché  de Jipé : « la politique ne consiste pas à régler les problèmes mais à faire taire ceux qui les posent ».
Heureusement, notre voix est celle de la raison, de la responsabilité et de l’engagement : elle est forte et elle interpelle ; elle doit porter jusqu’à Paris…

De nos nouvelles...

les retrouvailles de Marcel et Robin ...
(il n'y a pas que Robin qui le caline!)

Au bout de 16 jours de grève, la transformation physique de Marcel (perte de 12 kg) inquiétait Robin, d'autant plus qu'avec la reprise du collège, il ne pouvait plus le voir régulièrement.
Cet élément avec l'état de santé a pesé dans notre décision de suspendre la grève : les enfants sont rassurés; Marcel est remplacé par Marie à Nantes.
La lutte continue...

Nous sommes fatigués mais toujours combatifs (Sylvie a perdu 6 kg en 15 jours).
Ici, sur la ferme, outre les travaux de printemps, l'urgence est de préparer le contre mémoire pour la visite du juge d'expropriation qui se fera sous peu.
De Sylvie et Marcel

vendredi 27 avril 2012

17 ème jour : l'épopée parisienne et du changement à Nantes!

Au point presse ce matin vendredi, j’annonçais le retrait de Marcel et lisais son petit mot que je partage avec vous :
« Chers compagnons de lutte
C’est avec tristesse que je vous annonce mon retrait de la grève de la faim.
Mes résultats d’analyse se dégradant et l’inquiétude de mes enfants augmentant, j’ai pris cette décision avec un grand pincement au cœur.
Je vais maintenant mettre aussi mon énergie dans l’exploitation et la rédaction du contre mémoire.
Je vous admire et vous envie, vous qui continuez ce mouvement si puissant. Continuez à mobiliser, à dynamiser cette lutte et même si le résultat n’est pas évident, je pense que la récolte à venir sera abondante.
Nous avons d’ores et déjà mis en évidence la rigidité de Jean Marc Ayrault et des élus qui lui doivent leur place et sont aux ordres. Nous avons semé de la démocratie au sein du parti socialiste et gagné définitivement le cœur des nantais. Les nombreux réseaux COPAIN qui se mettent en place défendront la cause de Notre Dame des Landes et d’autres qui nous sont chères.
La perte de terres agricoles, beaucoup en parlent, nous, nous agissons, et de quelle brillante façon.
Prenez bien soin de vous, que la lutte continue. »
Marcel , Paysan à Notre dame
Marie, aux côtés de Michel
Marcel est remplacé à Nantes par Marie, finistérienne, sœur de paysan, particulièrement sensible à notre combat. Cela confirme l’ampleur de l’engagement citoyen dans cette lutte. Il y a 4 grévistes de la faim dont Michel au 17ième jour...

Sylvain, Philippe Collin, Sylvie
Sylvain Fresneau et Philippe Collin, porte parole nationale de la Confédération Paysanne, ont ensuite relaté leur épopée parisienne.

 Ils ont été longtemps reçu par Marc Mancel, un des organisateurs de la campagne de F. Hollande. Une écoute, un examen attentif du dossier… pour finalement dire : « revenez dans 2h, vous aurez un courrier de réponse de F. Hollande ». En partant, ils ont même la chance de parler avec F. Hollande et S. Le Foll, plutôt réceptifs à leur argumentaire solide…
Mais, quand 2 heures plus tard, ils reviennent, le ton a changé. S. Le Foll a appelé J.M. Ayrault qui faisait quant à lui valoir ses arguments (recours DUP perdu en omettant, bien sûr, de préciser que nous avons fait appel, propriétaires d’accord pour vendre (en omettant de mentionner le passage chez beaucoup du juge de l’expropriation !), 80% des exploitants auraient signé (peut être mais les 11 qui ne l’ont pas fait sont dans les plus impactés !)). Gêné, S. Le Foll précise qu’ils s’inquiètent pour la santé des grévistes, qu’ils sont très touchés par cette action…

Nous recevrons peut être un courrier mais J.M. Ayrault est un personnage influent qui verrouille parfaitement le dossier NDL. Nous sommes en train de provoquer des fissures au sein du PS avec notre action courageuse, pacifique et citoyenne qui touche beaucoup de monde au cœur comme le prouvent les messages de soutien reçus. Gardons espoir…

La visite au QG de N. Sarkozy fut très brève : un contrôle d’identité et une fouille (nous n’étions pas à NDL pourtant !) avant de pénétrer dans le QG. Reçus par Claire Davenne, directrice de campagne de N. Koscuisko-Morizet, ministre de l’écologie et porte parole de N. Sarkozy, nous reçûmes une fin de non recevoir sur le dossier (Brigitte monta même dans les tours en l’entendant nous refaire le débat public). « L’écologie, çà suffit » a dit, il y a peu, N. Sarkozy. Et plus de rigueur dans la gestion des fonds publics, çà suffit aussi, M. le Candidat ?
Un voyage qu’il fallait faire… Nous savons désormais chez qui il reste encore une marge de manœuvre…


jeudi 26 avril 2012

J.M. Ayrault, fils naturel de Margaret Thatcher?

contribution de Pierre

16 ème jour: enfin une réponse...



conférence de presse



Point presse animé aujourd’hui avec José Bové et Julien Durand qui réagissait à la lettre de nos élus qui ont enfin daigné répondre !
J’ai pris connaissance de leur courrier commun (région, Nantes métropole, département) cosigné par M. Auxiette, Ayrault et Grosvalet. Notre détermination et notre décision d’entamer une grève de la faim leur inspirent du respect. Mais nous sommes priés de cesser de mettre notre santé en péril : « La grève de la faim est un symbole des luttes pacifiques les plus radicales contre des dictatures ou face à des situations de déni de justice. »
Notre action s’inscrit en effet dans la continuité des actions citoyennes non violentes menées depuis le simulacre de débat public. Elle est pacifique et faite par des citoyens responsables mais révoltés par le diktat des politiques locaux et un sentiment d’injustice profond : refus permanent  de dialogue, refus de reconsidérer les éléments nouveaux, procédure d’expropriation en cours alors que tous les recours juridiques n’ont pas été jugés…


Aux yeux des citoyens que nous sommes, ce qui nous parait très grave dans la gestion du dossier Notre Dame des Landes, c’est la totale absence de réactivité des politiques (PS et UMP confondus) et à la veille d’un scrutin présidentiel se jouant justement entre ces 2 partis, cela nous fait très peur.
Le monde change, les données évoluent, et eux restent figés, droits dans leurs souliers vernis, dans leurs décisions qui ne peuvent en aucun cas être remises en cause et discutées.
Cette manière d’agir peut être une des raisons de la montée des votes extrêmes : les gens en ont marre, vraiment marre de ces politiciens qui racontent des mensonges, qui décident sans concertation…

Le plus grand courage d’un politique serait de savoir reconnaitre qu’il s’est trompé. Ici, à Nantes, nous sommes très loin de çà… et l'avis de M. Ayrault compte encore beaucoup au sein du PS.
Si nos politiques manquent de courage, les citoyens en ont. Les soutiens sont là tous les jours... et viennent parfois de loin : parmi nous aujourd'hui, la confédération paysanne du Morbihan, les paludiers de Guérande, le collectif de Redon et bien d'autres... Merci; c'est tous ensemble que nous pouvons faire évoluer les choses...
Nouvelle de dernière minute : le meeting PS de ce soir aux Dervallières où tracteurs et délégation étaient présents a été annulé pour une raison encore inconnue... (crise d'urticaire?)

mercredi 25 avril 2012

15 ème jour : la lutte se poursuit...

Beaucoup d’émotion au point presse d’aujourd’hui quand Françoise Verchère, très fatiguée, annonçait qu’elle arrêtait mais qu’elle était relayée au nom du CéDpa par Gilles Denigot, membre fondateur. Des larmes perlèrent quand Bertrand Vrain,élu à Nantes métropole, au nom du comité de soutien, lui offrit un gros bouquet de muguet.


 Michel déclencha également quelques larmes en accueillant Séverine, qui interpellée par le combat des grévistes contre la destruction de milliers d’ha de terres agricoles, décidait de les rejoindre à partir de ce jour. Jeune paysanne boulangère, elle a eu du mal à trouver des terres pour s’installer. Son militantisme fait chaud au cœur…
Le silence des politiques locaux reste de mise bien qu’ils soient interpellés par nos multiples soutiens. Ainsi, le collectif paysans 44 eut ce matin une rencontre officieuse avec 5 des 6 conseillers généraux  élus agriculteurs (en retraite ou encore en activité).


Jean, du collectif Paysans 44, avec à gauche Gilles Denigot

Le discours convenu de ces élus me choque ! Ils découvrent qu’il y aura des expropriations à la fin de l’année (« si vite ! On ne pensait pas ! »). A la question de savoir comment cela se passerait pour les collectivités en cas de dépassement de budget, ils répondent qu’ils ne savent pas…Doivent-ils demander au grand chef pour savoir ? Elus, certes, mais responsables, permettez-moi d’en douter ! Un mot d’ordre : courage, fuyons ! (je suis en colère et j’interprète leur silence comme de la lâcheté et du mépris du genre humain).
Nos politiques sont pourtant très racoleurs dans leur discours rassembleur pour drainer à eux les votes des extrêmes. « A moi, les sans voix et ceux qui souffrent » nous dit N. Sarkozy.
C’est le cas de nos grévistes de la faim au 15ième jour de leur action dans des conditions météorologiques éprouvantes pour des organismes non alimentés. Entendez-les, rencontrez-les ! L’occasion va vous être donnée puisque 2 paysans de Notre Dames des Landes, accompagnés d’une délégation, partent demain jeudi à Paris à vos deux QG de campagne.
Le soutien à notre action est très fort. Présente aujourd’hui, la Confédération Paysanne des Côtes d’Armor. Sur les jours à venir, les autres confédérations paysannes bretonnes passeront à tour de rôle… et vendredi ce sera le tour du porte parole national, Philippe Colin.

Le Larzac venait ce soir de nouveau, avec José Bové… L’occasion  de médiatiser notre combat et d’évoquer aussi des souvenirs avec celui qui est venu à Notre Dame des Landes lors de sa campagne présidentielle de 2007…
Michel, José Bové, Marcel et Gilles

mardi 24 avril 2012

14 ème jour...

Et toujours le silence de notre élite locale!
Heureusement, les 2 candidats semblent nous inviter dans leur QG de campagne pour débattre du projet d'aéroport de Notre Dame des Landes. Ne s'adressent-ils pas à nous en disant :
-"Je veux parler aux ruraux qui ne veulent pas mourir." (N. SARKOZY)
-"Je soutiens les agriculteurs qui luttent pour conserver leur outil de travail."(F. HOLLANDE)
Quelles belles entrées en matière pour aborder le sujet NDL!

Pourquoi çà? Comment en est-on arrivé là?

A Notre Dame des Landes, des hommes, des femmes, depuis des années luttent contre un projet inutile et coûteux.
La terre ne se reproduira pas. On se doit de la protéger, de la travailler pour produire de la nourriture.
Ils en ont passé du temps à expliquer le projet, à en débattre, à proposer d’autres solutions.
Des élus pro-aéroport, ils n’ont obtenu que des fins de non-recevoir, du mépris, la répression et la violence policière chez eux.
La machine « UMPS-VINCI » est en route. On lance les avis d’expropriation…
Ce matin, mercredi 11 avril, là, à Nantes, devant le monument de la Résistance, lieu ô combien symbolique, deux hommes, Marcel et Michel, se dressent pour dire « NON ». Deux paysans, fiers et déterminés, ils ont décidé de rester des hommes debout et libres… et ils démarrent une grève de la faim.
Pourquoi ce choix de lutte ?
La cause aussi juste, aussi noble soit-elle, mérite-t-elle un tel sacrifice ? Ils engagent leur santé ; ils ont une famille, des enfants…
Au centre-ville où ils se trouvent aujourd’hui, les collectifs anti-aéroport se retrouvent, s’organisent. Ils sont de tous horizons. Ils y croient, ils se sentent de plus en plus forts au fur et à mesure que les soutiens arrivent.
Quand une femme, Françoise VERCHERE, élue et combien respectée et aimée par les gens simples, vient rejoindre Marcel et Michel, alors on ne peut plus douter : il se passe vraiment quelque chose.
Oui, il faut croire que demain, à Notre dame des Landes et pendant longtemps, les enfants verront courir les renards à l’ombre des haies.

Et vous, messieurs les élus pro-aéroport, ne trouvez-vous pas que le champagne et les amuse-gueules qui accompagnent vos ripailles avec VINCI, VEOLIA ou EIFFAGE commencent à avoir un drôle de goût ?

De Jo, retraité paysan

lundi 23 avril 2012

Entre deux...

Nous imaginons l’agitation dans les QG de campagne, les cerveaux des stratèges en ébullition, les appels de pied, les ouvertures, les approches, les parades séduisantes…

Entre 2 tours…Entre 2 hommes… Entre 2 partis qui localement sont tous deux pour l’aéroport de Notre Dame des Landes…
Entre 2 options : continuer à ignorer NDL où 3 personnes font la grève de la faim depuis 13 jours, ou répondre enfin à la lettre ouverte adressée par le comité de soutien...
Au point presse d’aujourd’hui, nos grévistes sont toujours déterminés même si la grève de la faim constitue une épreuve qui les marque physiquement (12 kg en moins pour Marcel…).


Une bonne partie des élus régionaux d’Europe Ecologie Les Verts sont là pour appuyer la demande des grévistes  qu’ils jugent raisonnable et parfaitement légitime dans un Etat de droit, à savoir l’arrêt total des expropriations tant que les recours juridiques n’ont pas tous été jugés.
La LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) nationale apporte également son soutien plein et entier pour ce combat « juste et légitime ».
Pour les 15 jours à venir, tout sera mis en œuvre pour rappeler à nos 2 candidats la lutte de Notre Dame des Landes car le silence continue à régner. Nous nous inviterons dans leurs sorties, leurs meeting… même si les CRS sont beaucoup présents désormais, certains politiques étant maintenant allergiques aux tracteurs !
Marcel a rappelé aux journalistes que nous avions écrit personnellement à M. HOLLANDE à la mi-février en prenant soin d’adresser ce courrier à Tulle et d’adresser également une lettre à sa compagne. Ce courrier est à ce jour sans réponse…
La démarche courageuse de la commission agricole du PS44 qui apporte son soutien aux grévistes et se prononce contre le projet NDL va contribuer à la transparence du débat démocratique et interpeller d’autres élus, nous l’espérons.
Car ici, VINCI continue à avoir de l’appétit : 2 nouveaux agriculteurs viennent de recevoir leur mémoire d’offre d’expropriation.

Nous demandons du temps pour ne pas aller à l’irréparable… du temps pour nous, mais aussi pour les décideurs de manière à ce qu’ils prennent personnellement connaissance du dossier et  ne commettent pas une erreur qu’ils regretteraient ensuite…
Pourquoi cela est-il si difficile à obtenir ?


dimanche 22 avril 2012

12 ème jour...

La nuit fut un peu agitée sur Nantes avec le passage de noctambules fêtards. Difficile pour nos 3 grévistes de bien se reposer…
A la mi-journée, chacun s’est absenté pour aller voter dans son bureau de vote respectif.

Marcel, gréviste, votant à Notre Dame des Landes

L’occasion d’un passage très court mais très apprécié à la maison : les enfants ne sont pas allés à Nantes aujourd’hui ; c’est leur papa qui est venu les voir !
Et puis retour à Nantes, où le va-et-vient des passants est toujours aussi présent et apprécié.
Et comme tous les français, nous attendons désormais les résultats du premier tour …



Jean-Marc AYRAULT : l'aéroport de trop?

Nantes, si belle... : son architecture, la qualité de son climat, sa qualité de vie, sa vitalité économique, son dynamisme culturel…

Nantes, marquée par l’empreinte d’un homme, Jean-Marc AYRAULT, aux commandes depuis 21 ans. La ville lui doit sa métamorphose.


Jean-Marc AYRAULT, « héros » local, peut s’énorgueillir d’avoir placé Nantes aux premières places du palmarès des villes attractives grâce notamment à une puissante stratégie de communication et des projets culturels d’envergure (folles journées, Royal de Luxe, les machines de l’Ile,…).

Mais, comme tout artiste au sommet de sa gloire, il doit être vigilant car la moindre erreur ne lui sera pas pardonnée. Il doit donc veiller à ne pas réaliser le projet de trop qui dénaturerait l’ensemble de son œuvre, qui jetterait l’opprobre sur l’avis unanime qui l’entoure.

Tout le monde oublierait alors tout ce qu’il a pu faire de bien, pour ne finalement retenir que cette ombre au tableau que pourrait bien être l’aéroport de Notre Dame des Landes.

Ce serait bien dommage… pour tous.

samedi 21 avril 2012

Jean-Marc AYRAULT marqué à la culotte!

En soutien à la grève de la faim, les actions se multiplient. Après Bressuire et Rezé, un comité d’accueil de 20 tracteurs et 100 personnes attendait Jean-Marc AYRAULT à un meeting hier soir à la Roche sur Yon. Celui-ci a encore dû passer par la petite porte. Nous devons commencer à faire peur puisque 50 CRS étaient bien mis en évidence en Vendée.
Nous ne comprenons pas : malgré toutes ces délégations envoyées pour inviter Mr AYRAULT à venir nous voir Square Daviais à Nantes, il se mûre dans le silence et ne vient pas. Pourtant, il aurait vu aujourd’hui samedi un beau marché fermier vide de produits mais pas d’idées…




Et sur le vrai marché de la Petite Hollande le matin même, un stand avec cette pancarte :


Alors que la politique affichée du département  en matière d’agriculture, c’est cela : (extrait du journal du Conseil Général)
 « Agriculture           ABSOLUMENT DURABLE
Emploi, qualité, environnement. Tels sont les trois maîtres mots qui déterminent le modèle agricole souhaité par le Département. Durable, ce modèle est celui d’une production paysanne à vocation nourricière et donnant la priorité aux circuits courts de commercialisation. D’une manière générale, il s’agit de sauvegarder les territoires dédiés à l’agriculture en Loire-Atlantique .» 

C’est certainement pour cela qu il est question de détruire 1650 ha de terres agricoles à Notre Dame des Landes !

11 ème jour... marché fermier des paysans sans terre 21 avril 2032




Un marché animé cet après midi à Nantes avec 40 producteurs fermiers reconstituant ce que pourrait être un marché fermier en 2032.


Mais que peuvent-ils se dire ? Echanger sur l’évolution du CAC40 ? S’interroger sur la rentabilité des nouveaux placements au crédit Agricole ?
Mais non ! Ils se demandent tout simplement ce qu’ils vont manger ce soir…alors que leur panier reste désespérément vide sur ce marché aux étals vides !
A trop avoir gaspillé notre richesse terre, nous n’en avons plus assez pour nous nourrir.

Et sans terre, pas de paysans, pas de produits, des paniers vides et ce sera la fin de l’agriculture de proximité !

Alors quand on sait que les grandes nations (Chine notamment) investissent dans d’autres pays pour acquérir de la terre afin de produire ailleurs les denrées qui les nourriront, nous devons nous interroger sur nos liens à la terre et notre manière de l’utiliser. N’est-ce-pas un capital inestimable dont nous aurons besoin demain?
Alors, arrêtons de la gaspiller pour des projets inutiles …



vendredi 20 avril 2012

10 ème jour...

Point presse important ce matin (où Marcel a fait rire toute l’assemblée en parlant de notre nuit)… avec de nouveaux soutiens : ATTAC et le COPAIN (Collectif des Organisations Professionnelles Agricoles Indignées par le projet d’aéroport), regroupant le réseau CIVAM, la Confédération Paysanne, le Groupement des Agriculteurs Biologiques et Terroir 44.
La vie pour moi est agitée : concilier enfants, exploitation, vie sur Nantes et un "nouveau bébé": le blog (comme le disent avec humour les enfants !). Bientôt, l’angoisse de la page blanche va me gagner (c’est sûr!).
Je ne vis pas tout ce qui se passe, bien sûr. Je saisis des moments que je relate en fonction de mon humeur, de mon vécu. Il est parfois frustrant de ne voir Marcel que quelques minutes. Nous faisons attention à ce que les enfants profitent un peu de lui avec un moment d’intimité dans la caravane et parfois des moments détente comme aujourd’hui. Nous nous ménageons aussi un moment à nous qui peut être court mais ô combien vital pour faire face… La prise régulière de la tension est un de ces moments là.

famille : moment détente

famille : moment calin
Et toujours, toujours, des marques de sympathie, des encouragements…
Deux mamans s’arrêtent devant les moutons avec leurs enfants : j’attrape un agneau pour que les enfants et les mamans le caressent ; la discussion s’engage. Des questions personnelles fusent : « ils vous proposent une autre ferme ? »… Je réponds « non, juste un chèque… ». Cela les choque. Je les invite à entrer dans la tente, s’informer et signer la pétition.
Avant de partir, je lis une carte reçue par les grévistes ce matin de Paris et écrite par Louis, ancien Rezéen : « Une petite citation de ce philosophe grec que j’admire, et dont le courage et la détermination me rappellent votre lutte. Merci pour votre admirable engagement. Merci de vous battre pour aujourd’hui, pour demain, contre un projet dont nous connaissons tous l’aberration. Je sais que votre combat est difficile, et je pense souvent à vous ces derniers jours. Tenez bon. Je vous envoie tous mes encouragements et toute ma considération. Tout mon respect. » et sur la carte :

« N’attends pas que les évènements arrivent comme tu le souhaites. Décide de vouloir ce qui arrive… et tu seras heureux. »   Epictète
Tout un programme, n’est-ce-pas ?


Lettre ouverte à mon député maire

Reçue hier soir cette lettre ouverte d'un habitant de Nantes adressée à Mr AYRAULT, et également à la presse...
Je vous fais part de la version courte...

"Monsieur le député-maire,

Le projet de construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes perturbe plus que jamais la vie de la cité. Étant donné que la décision politique de bétonner des terres agricoles engage au-delà de notre génération, puisque les enfants qui naissent aujourd’hui pourront vivre jusqu’en 2100, pourriez-vous, Monsieur le député-maire, en tant que principal porteur du projet, prendre personnellement vos responsabilités sur le long terme et signer une telle déclaration ? (le dernier paragraphe est le seul que vous n’ayez pas déjà signé) :

La croissance mondiale se concentre au sein d’un ensemble de métropoles hyper-innovantes, l’enjeu est de s’ancrer sur ces réseaux.
L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, moteur de croissance (6000 emplois nouveaux), nous mettra en relation quotidienne avec les principales métropoles européennes. C’est l’expression d’un acte fort, un signe de confiance en l’avenir. Il apparaît indispensable que ce projet aboutisse.
Nantes-Atlantique, un équipement obsolète, bientôt saturé, est un aéroport dangereux (aucune aide à l’atterrissage pour les pilotes n’est possible).
Il est inutile de relier tout de suite la gare SNCF à Nantes-Atlantique avec la voie ferrée existante. Je suis certain du développement du transport aérien à l’horizon 2100 et de la nécessité pour Nantes Métropole de devenir la capitale de l’Arc Atlantique. Le sacrifice des paysans du bocage de Notre-Dame-des-Landes est le prix à payer pour le développement du Grand Ouest. Je m’engage donc solennellement devant l’histoire et suis prêt à assumer personnellement, devant les générations futures, l’entière responsabilité du projet.

Dans l’attente de votre engagement, recevez, Monsieur le député-maire, mes salutations distinguées. "

jeudi 19 avril 2012

9 ème jour...

Petit matin, première nuit passée avec Marcel depuis 8 jours… Le serrer dans mes bras et découvrir au plus près son corps amaigri m’émeut beaucoup. Je deviens très protectrice et extrêmement sensible à sa fragilité nouvelle…


Cette action nous rapproche et nous soude en couple et aussi dans nos relations avec nos enfants (ils sont formidables ! Cela les mûrit mais la vie n’est-elle pas un combat qu’il faut accepter !). L’essentiel se dit : nous nous livrons davantage, et les enfants aussi… Moments de bonheur, d’authenticité dans nos relations… 
Les messages de soutien , les témoignages de sympathie, la présence de tous, l’inventivité suscitée pour inventer et faire des actions qui font écho à l’action engagée ici à Nantes, les paroles, les gestes,…, nous trouvons cela formidable ; nous y sommes très sensibles. Cela nous conforte dans cette action et nous réconforte dans les moments de doute.
Aujourd’hui encore, nouveaux soutiens : des élu-e-s du CéDpa viennent apporter leur soutien aux 3 grévistes en s’engageant à remplacer dans sa grève leur Co-présidente, Françoise, si jamais elle devait arrêter. Ils annoncent un nouveau recours juridique déposé devant le Conseil d’Etat.
Par ailleurs, le collectif paysans 44 a écrit une lettre ouverte à tous les élus des Régions Bretagne et Pays de Loire, du Conseil Général 44 et de Nantes Métropole en dénonçant le double langage des politiques : d’un côté la posture sur la préservation des terres agricoles et de l’autre les faits, à savoir, la destruction de 2000 ha de terres.
Interpeller, dénoncer, …, pour que le changement s’amorce !

8 ème jour : et le Larzac vient à nous...


Joie des retrouvailles avec tous ces compagnons de lutte … Le réalisateur du documentaire « Tous au Larzac ! »,Christian ROUAUD, et quelques protagonistes de la lutte emblématique du Larzac, sont venus soutenir les grévistes : un moment fort de partage d’expérience, de force insufflée à nos 3 grévistes.

Michel, Marcel, Christian ROUAUD, Marizette TARLIER, Anne-Marie LETORT, Pierre et Christianne BURGUIERE
Notre combat est juste : il attire la sympathie, il interpelle… Qu’il s’étende et s’entende !
Un autre moment fort de cette journée est le passage de la Commission Agricole du PS 44 qui soutient l’action engagée et dit son opposition au projet d’aéroport NDDL. Ils précisent qu’il n’y a pas de discussion possible avec J.M. AYRAULT. Si eux osent parler, prendre position, d’autres vont aussi le faire…
Enfin, des petits plaisirs que nous savourons à leur juste valeur : l’interpellation de nos politiques par d’autres paysans sur ce gaspillage éhonté de terres. Des actions s’inventent, se conçoivent et se réalisent… Chacun apporte sa pierre à l’édifice. Ainsi, au meeting PS de Rezé où J.M. AYRAULT accueillait V. PEILLON et B. HAMON, un comité d’accueil d’une dizaine de tracteurs et de 150 personnes les attendait devant la grande porte. Gênant, très gênant, à tel point que les grands sont passés par la petite porte ! Beau témoignage de solidarité en écho à la grève de la faim menée à Nantes depuis 8 jours, déjà…

Une lettre ouverte a été adressée à l’ensemble des candidats à la Présidentielle demandant 2 choses :
-l’arrêt de tous les processus d’expulsion et d’expropriation tant que tous les recours juridiques en cours n’ont pas été jugés ;
-la reconsidération de tous les éléments nouveaux du dossier, à savoir contre étude économique, étude sécurité, bruit,… qui devrait conduire à l’annulation de la Déclaration d’Utilité Publique.

Aujourd’hui, 8 candidats sur 10 se déclarent hostiles à la poursuite des travaux pour construire NDDL. Nous attendons les réponses de F. HOLLANDE et N. SARKOZY.
Par ailleurs, un nouveau recours juridique a été déposé : une QPC, question prioritaire de constitutionnalité sur le processus d’expropriation. Cela nous donne un espoir de suspension de la procédure si la question est retenue.
Confiance, confiance…

Pétition de soutien aux grévistes sur le site de Cyberacteurs

pétition : Comité de soutien aux grévistes de la faim contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

mercredi 18 avril 2012

8 ème jour...de grève de la faim

Aujourd'hui, mercredi 18 avril, cela fait 8 jours que la grève de la faim a commencé. Et ce midi, au 8ième jour, je reçois par lettre recommandée un signe d'AGO : mon mémoire valant offre pour la maison d'habitation et les bâtiments d'exploitation... Quand on vous parle d'un projet HQE!!!
Voilà ce que j'avais à partager aujourd'hui... Le rouleau compresseur continue d'avancer; il suffit d'un signe pour l'arrêter.
Qu'attendez-vous? 

Et ici...

Parents,
nos enfants nous interpellent à leur façon sur l’écologie : ils aiment les bêtes, posent beaucoup de question sur la nature et ce qui les entoure. Lectures, émissions TV… nous font parler du respect de la planète, de la protection de la nature, de la sauvegarde des espèces…
Tous ensemble, nous nous indignons devant la déforestation massive en Amazonie (poumon vert de la planète), de la disparition de telle ou telle espèce...
Mais quand la destruction massive se passe à notre porte, que faisons-nous ? 

 

Ici, à Notre Dame des Landes, le projet d'aéroport menace 1650 ha de terres humides situées dans un bocage remarquable (un poumon vert aux portes de Nantes!!!). Notre action (grève de la faim) vise  à ce que les hommes politiques reconsidèrent objectivement le projet à la lumière de tous les éléments nouveaux (contre-étude économique, argumentaire des pilotes, bruit...) et gèlent tous les processus d'expulsion et d'expropriation en cours tant que tous les recours juridiques n'ont pas été jugés.
Pour nous paysan, il y a URGENCE! Ce serait trop bête de gagner ce combat dans 2 ans après avoir été expulsés d'ici... 

mardi 17 avril 2012

7 ème jour...désormais 3 grévistes!

Au 7ième jour de grève de la faim de Marcel et Michel, Françoise VERCHERE, conseillère générale et co-présidente des élu-e-s opposés au projet d'aéroport, les rejoint. "Parce que la construction d'un nouvel aéroport est un acte politique, c'est de ma responsabilité de militante politique d'être présente aux côtés de Marcel et Michel", a-t'elle précisé. Voir le communiqué de l'ACIPA :
http://communiques-acipa.blogspot.fr/2012/04/7eme-jour-de-greve-de-la-faim-et-entree.html

Françoise

7 ème jour...au petit matin...

 7 jours, Marcel et Michel, que vous tenez … dans ce combat de David contre Goliath…
Bien silencieux Goliath, d’ailleurs ! Dans certaines situations, le silence est d’or !
Et pourtant, quelle promotion n’a-t-elle-pas été faite sur ce projet d’aéroport dit « HQE » (de Haute Qualité Environnementale). Nul ne doute que dans ce type de projet, l’environnement HUMAIN est considéré !
Lors de notre seule rencontre avec 2 émissaires d’AGO (aéroport du grand ouest), un des 2 a commencé par parler des terres que nous faisons vivre à l’imparfait ! Nous sommes déjà enterrés alors qu’il n’y a encore rien de fait! Cela vous met dans l’ambiance et vous montre comment l’HUMAIN est considéré! (Dégage petit pion, on aménage !!!)

En tant que personne, j’ai été profondément touchée par la déclaration des alternatifs de Nantes au début de l’action. Je les cite :
«Lorsque des vies sont en jeu, les responsables politiques devraient se poser la question « y a-t-il quelque chose qui aurait cloché dans la conduite de ce projet ? ». De la réponse à cette question dépend le rétablissement d’un processus juste et démocratique qui a, jusqu’ici, étrangement  fait défaut. »

J’en appelle à tous les hommes et femmes de bonne volonté. Osez dire votre indignation à ce que l’humain et la nature soient toujours bafoués au détriment d’intérêts particuliers et du court terme.

Politiques, osez un peu de « bravitude » sans « méprisance » pour la parole des gens du peuple que nous sommes. Reconsidérez ce projet à la lumière de tous les éléments nouveaux qu’il est indispensable de prendre en compte et …
AGISSEZ ! Agissez en hommes responsables, agissez en conscience, agissez en SAGE…

« Le sage change d’avis quand il le faut, seul le sot s’entête »  de Confucius


Les P.P.P.

Si les politiques UMP et PS paniquent tous devant la perte du triple « A », ils sont vraiment très attirés par le triple « P » (Partenariat Public Privé) avec les grands groupes : VINCI, BOUYGUES, VEOLIA,… .
En ces temps de vaches maigres et de déficit record de la maison France, l’ETAT, comme les Collectivités, ne peuvent plus emprunter pour investir car il faut baisser notre dette.
Mais comment financer nos grands projets inutiles ? Et bien, c’est simple : vous trouvez un grand groupe privé, VINCI ; vous lui confiez un projet d’AEROPORT avec un contrat de concession de 55 ans ; VINCI finance 55% de l’investissement avec le cautionnement des Collectivités et 45% de subventions dites remboursables (clause de retour à meilleure fortune) par ces mêmes Collectivités !
Résultat : VINCI s’assure une rente de 12% annuel pendant 55 ans et le Public prend à sa charge les 45% non remboursés ainsi que le déficit probable de l’Aéroport.

Pourtant, la Cour des Comptes dénonce ce processus tous les ans !
Exemple : le Ministère des Affaires Etrangères à Paris : 750 millions d’euros en concession avec VINCI pour 30 ans. Résultat au bout des 30 ans : 3.4 milliards d’euros pour l’ETAT !
C’est comme cela que l’on reporte les dettes sur les générations futures en conservant pour l’instant notre triple « A ».

Vive les P.P.P. : et oui, les « Partis Politiques Pourris » !!!

De Michel, gréviste de la faim

lundi 16 avril 2012

Qui aime bien châtie bien...


Quelle tristesse !
  Arriver  à  cette  extrémité  - la Grève de la faim -  pour tenter de se faire entendre par les élus de la Région, du Département et de Nantes, sourds à nos arguments contre ce projet d’aéroport.
Des élus « de Droite », on n’est pas surpris, ils sont par nature les défenseurs des intérêts particuliers  et des grands groupes industriels et du BTP;
Des élus «  de Gauche », on est en droit d’attendre autre chose que de la condescendance.

Mais regardez-vous, Bon Dieu!

Vous soulignez à l’occasion, vos origines modestes et vos engagements de jeunesse :
-         qui dans l’action catholique ;
-         qui dans le syndicalisme agricole
-         qui dans les mouvements laïcs d’éducation populaire
et vous ne voulez même pas recevoir les associations qui ont réalisé des études on ne peut plus sérieuses et animé des dizaines de débats contradictoires quand vous n’en avez quasiment pas organisés. Vous vous drapez dans votre dignité d'élu et vous vous abritez derrière un débat démocratique qui, dites-vous a eu lieu , alors que les éléments du débat étaient incomplets, pour ne pas prendre en compte la contre-étude produite par les élus du CeDPA.

Vous êtes devenus ce qu’étaient ceux que vous avez déboulonnés : des Notables, avec ce que cela a de mépris, de rouerie et de carriérisme.

Heureusement, les élus engagés dans le CeDPA sauvent littéralement l’honneur de la démocratie. Pour avoir assisté il y a peu, à une assemblée du Conseil Général, je me dis qu’il en faut, de la conviction et aussi du courage,  pour remettre à chaque occasion le sujet  sur le tapis, au milieu des silences, des grommèlements et des sourires entendus de la majorité bien pensante.

Allez ! Rangez vos certitudes! Ravalez votre rancœur !
Allez rendre visite à Michel, à Marcel et à tous ceux qui les soutiennent. 
C’est dans les mouvements tels que celui là que s'écrit l’Histoire.                                          

Ce serait
  dommage de passer à côté…

De Jean, retraité paysan, aux yeux verts...de colère!

Le 5 ème jour est venue Eva...

Dimanche 15 avril, marathon de Nantes et 5ième jour de grève de la faim pour Marcel et Michel.
Du passage devant le camp avec le marathon… Un petit groupe de filles endosse les beaux gilets fluo de la tracto-vélo tapissés d’autocollants et en brandissant des triangles « non à l’aéroport » rallie des coureurs sur le dernier km pour franchir ensemble la ligne d’arrivée devant une foule énorme. BRAVO pour le spectacle! Cette lutte contre le projet d’aéroport s’apparente à une course de fond (depuis le temps qu’elle dure !).
L’après midi est animé par un comédien qui, avec l’histoire émouvante d’Abdou, dénonce les difficultés des sans papiers, l’absurdité des lois et des décisions politiques (tiens, tiens, il y a des parallèles à faire avec le projet d’aéroport…).


Et puis, c’est l’arrivée d’Eva JOLY escortée d’un nuage de micros, photographes, cameramen… Elle s’entretient en petit comité avec les grévistes. Le monde journalistique est suspendu à ses lèvres. Eva JOLY salue le courage de Marcel et Michel, dénonce l’absurdité du projet et exige l’arrêt des expropriations tant que les recours n’ont pas tous été jugés. Vu de l’extérieur, il est sidérant de voir une telle nuée de journalistes concentrée sur quelqu’un sans souci de ce qu’il y a autour… Pas d’interview de grévistes ; heureusement, ils ont une prise de paroles en sa présence après l’intervention d’Eva. Et puis, Eva s’en va emmenant avec elle son cortège.

Le calme revient sur le camp qui, le temps d’une visite, a brillé sous les feux de l’actualité.

dimanche 15 avril 2012

Le sport préféré des politiques...


Ici, nous pensons que le tennis de table est le sport préféré des politiques. En effet, nous les voyons beaucoup jouer au ping-pong verbal avec le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes : chacun se renvoie la balle du « c’est pas moi, c’est lui ! ». Confronté aux arguments solides des opposants, l’élite politique locale dit que c’est un projet d’état alors que les nationaux précisent que Notre Dame des Landes est avant tout un projet local !
Nous avons vraiment l’impression d’avoir affaire à une bande de gamins qui, sachant que la bêtise est grosse, la rejette sur l’autre pour ne pas avoir à en assumer la responsabilité.
Le problème est que nous ne sommes pas dans la cour de récré du petit Nicolas (celui de Goscinny, bien sûr !) ; nous sommes dans des lieux de pouvoir où les décisions prises engagent la destinée d’hommes et de femmes, le bétonnage de 1000 ha de terres agricoles situées en zones humides dans un bocage remarquable… et l’argent de tous les citoyens que nous sommes.
C’est pourquoi, nous demandons l’arrêt de la partie et exigeons que chaque candidat se prononce sur Notre Dame des Landes. 

A nos enfants...

Etre parents, c’est avant tout faire des choix en essayant d’être fidèle à ce qui nous tient à cœur.
En tant que futurs expropriés de Notre Dame des Landes, 2 choix étaient possibles :
-se résigner et négocier ;
-contester jusqu’au bout ce pseudo-projet d’utilité publique, quitte à certains sacrifices.

Face à l’inquiétude grandissante du cadet (Robin, 13 ans), nous essayons d’être rassurants, autant que faire se peut : « oui, nous allons tout perdre (maison, travail, environnement, animaux peut-être, le cœur de notre travail d’éleveurs…), mais nous serons indemnisés. Nous recommencerons… ». « Et où irons-nous ? », nous demande-t-il, inquiet de perdre ce qui lui est cher (amis, racines (il avait 2 mois à notre arrivée)…). Nous lui disons simplement : « nous ne savons pas mais nous faisons tout pour rester ici. Et l’important, c’est d’être ensemble ! ».
Avec notre aînée (Pauline, 17 ans), le débat peut s’élargir et s’établir sur le terrain des valeurs. Nous avons eu mal de découvrir combien le projet a pesé sur sa vie…
Notre chemin de vie a croisé cette lutte autour du projet de Notre Dame des Landes. Installés depuis 13 ans, sur une exploitation à l’abandon, nous avons tout remis en état. C’est l’environnement, naturel et humain, qui nous a amené à Notre Dame. C’est pour lui et nos valeurs que nous nous battons.
Nous disons souvent à nos enfants que l’argent n’est pas le plus important dans la vie. L’important est d’abord d’être vrai, toujours plus soi-même. Il n’y a  pas de meilleurs discours sur les valeurs que nous voulons transmettre que les actes que nous posons. Nous nous efforçons donc simplement de faire coïncider nos propos et nos actes…
C’est l’injustice qui nous fait nous lever : le fait d’avoir à laisser la place à un projet inutile et destructeur. L’argent n’achète pas tout et surtout pas la conscience et la dignité d’un homme. Nous voulons pouvoir continuer à nous regarder dans le miroir (et pas pour nous dire que nous serons présidents !) ; nous voulons pouvoir regarder nos enfants dans les yeux.
Nous avons choisi la terre. Nous avons choisi d’en vivre et de la faire vivre.

Alors, chers enfants, excusez-nous de ne pas être plus rassurant sur l’avenir… Nous voulons juste rajouter que c’est aussi pour votre avenir que nous nous battons ici ; pour faire entendre à tous qu’un autre monde est possible ; pour dire que nous avons tous une place dans la société, que nous devons arrêter de penser individuellement. Donnons de l’espoir à nos jeunes (ils ont le sens de la justice et de la générosité) ; ne les décevons pas !
De Marcel et Sylvie, paysans à Notre Dame des Landes


samedi 14 avril 2012

Nantes s'anime avec "les génisses dans le maïs"...

Aujourd’hui samedi, un passage permanent…
Les tracts de l’action distribués au marché reçoivent une audience favorable : chacun, à sa manière, se sent interpellé par l’action en cours, par cette grève de la faim entamée pour sauver les terres de Notre Dame des Landes. Un apéro-concert, animé par « les génisses dans le maïs »,  permet de partager un bon moment dans la convivialité… Du monde passe, s’arrête, s’informe et signe la pétition. La soirée se prolonge avec d'autres musiciens : Dominique LOCQUAIS, une accordéoniste...

Que c’est bon d’entendre et de lire tous ces témoignages de soutien, ces marques de sympathie… Nous nous sentons confortés dans notre action et encouragés à tenir, tenir jusqu’à ce que les politiques nous entendent…


Les génisses dans le maïs