vendredi 21 décembre 2012

Les « mauvaises » terres de Notre Dame des Landes ...


Réponse à une interview du maire de Plessé parue dans Ouest France

Ah ! Un maire s’exprime sur Notre Dame des Landes. Un maire PS de surcroit et agriculteur. C’est précieux ces voix dans la citadelle PS quand on connait la position de la commission agricole PS. Plessé, ce n’est pas rien : une commune qui a 30% d’agriculture bio, donc très sensible au respect des terres. C’est avec un grand intérêt que l’on lit l’article.
Et là, coup de couteau dans le dos : « les terres de NDL sont les plus mauvaises du département ».

Ah, monsieur le maire, vous répondez parfaitement à la formule « avec de tels amis, pas besoin d’ennemis ! ».
En tant que membre du PS, vous ne pouvez pas ne pas taper sur les militants anti-aéroport.
Sur le fond :
1-     le débat n’est pas la qualité des terres de NDL mais le besoin ou non de déplacer un aéroport, de consommer 2000 ha de terres au lieu de densifier Nantes.
2-     Les terres de NDL, nous en vivons. En tant qu’agriculteur, en particulier à Plessé, vous savez qu’il n’y a pas de mauvaises terres, mais une utilisation et des pratiques culturales à adapter.
3-     Si nos terres ne sont et ne seront pas le grenier à blé de la Loire-Atlantique, elles sont d’une grande richesse botanique et faunistique, et pour nos enfants, c’est peut être aussi précieux que le reste. Nous avons réussi à vivre de nos terres et à avoir des pratiques qui maintiennent de la biodiversité sur cette tête de bassins versants. Cela vaut peut être la chance de nous laisser y vivre même si c’est au grand détriment de quelques promoteurs immobiliers à Nantes.


Enfin, monsieur le maire, je crois que vous avez fait une erreur : à Notre Dame des Landes, ce ne sont pas les plus mauvaises terres mais le plus mauvais sous sol du département que l’on trouve. C’est de l’argile blanche qui serait élastique sous le poids des avions au décollage. Il y aurait un effet de roulis et ainsi, les voyageurs ne sauraient pas s’ils ont pris l’avion ou le bateau. Pour le low coast qui augmente tant le trafic de Nantes, ce serait le top ! L’aventure commencerait dès le décollage. Pour les chefs d’entreprise ou hommes d’affaire qui quittent Nantes le matin pour aller au centre de l’Europe et rentrer le soir, ce serait le stress de trop qui leur gâcherait la journée.
De Marcel, paysan à Notre Dame des Landes

11 commentaires:

  1. quand l'aeroport sera fini restera t il assez de pétrole pour faire voler les avions ,peut etre pas assez longtemps pour amortir l'investissement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On espère bien que l'aéroport ne se fera JAMAIS

      Supprimer
  2. justement l'agrobiologie fonctionne très bien sur les"mauvaises terres"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Larzac aussi, c'était de très mauvaises terre... Pour y faire pousser des caféiers, pour y élever des brebis c'est génial, dieu que le Roquefort est délicieux. Notre-Dame-Des-Landes n'est peut-être pas une terre compétitive pour la culture du soja mais il n'y a pas que le soja dans la vie !

      Supprimer
  3. mauvaises terres versus mauvais élus et mauvaise gouvernance...l'aéroport ne se fera pas, ni ici ni ailleurs

    RépondreSupprimer
  4. La terre n'est pas mauvaise, c'est l'utilisation qu'en fait l'homme qui la rend mauvaise. Construire un aéroport ne la rendra sûrement pas meilleure alors que le soin apporté par ceux qui y vivent, le choix de ne pas lui demander ce qu'elle n'a pas mais de la considérer comme notre partenaire de vie la rendra sûrement meilleure. C'est pour ça que je pense que vous avez raison, monsieur le maire, si l'aéroport se construit, la terre de Notre Dame des Landes, deviendra la plus mauvaise du département.

    RépondreSupprimer
  5. Bien Marcel : le rappel des règles d’agronomie (l’adaptation a la terre au climat ) pas for pour un paysans fut-il du ps ‘ ils savent ce qui est bon pour nous ‘
    A notre dame ne poussait que des Rouches (plantes de zone humides)
    Les paysans ont plantes des ajoncs (Légumineuse) riche en protéine) pour l’alimentation du bétails , la litière.. .
    Mais Cela n,e poussent pas ? Les ajoncs n’aiment pas avoir les racines dans l’eau
    Les paysans ont creusé des fossés et fait des talus ,sur les quelles ils ont planté les ajoncs
    Les paysans étaient pauvres ils ne pouvaient pas ce permette d’être idiots .



    .


    RépondreSupprimer
  6. Dire de la terre de NDDL qu'elle est mauvaise alors qu'elle sert, avec ses nombreuses zones humides, à épurer une énorme quantité d'eau que nous pouvons boire ensuite, il faut être stupide !

    Et que c'est triste lorsque ces paroles sortent de la bouche d'un type qui produit de la nourriture ; mais qui se révèle être indigne du titre de paysan, tant il s'acharne à paraître agriculteur-industriel en causant ainsi.
    Au mieux est-il un simple d'esprit, fût-il maire ! Au pire est-il un vil serviteur des multinationales ! préoccupé seulement de l'intérêt privé et surement pas de l'intérêt général.
    Faudra penser à le faire dégager de son fauteuil en 2014 ! Avis aux électrices-électeurs de Plessé qui souhaitent, sans aucun doute, continuer à boire de l'eau propre ... et manger de la nourriture locale et de qualité.

    En tout cas, cet élu-agriculteur ne sais rien du travail de la Terre. Car, bonne ou mauvaise, une terre peut être cultivée : il suffit d'adopter la technique qui lui est adaptée. Plusieurs l'ont déjà écrit plus haut.

    écodouble, géologue de profession.

    RépondreSupprimer
  7. Le maire de Plessé,n'est pas un paysan au sens noble .C 'est triste.

    RépondreSupprimer